Nittachowa en Lorraine

Présentation

C’est au cours des années qui suivent la fin du dernier conflit mondial, sous l’impulsion des mouvements d’éducation populaire et plus encore après les événements de 1968, à l’initiative du réseau des bibliothèques, que renaît en France un certain intérêt pour la pratique orale du Conte.

Mais il faut attendre le début des années 1970 pour le voir émerger dans le paysage du spectacle vivant et y faire ses premiers pas en tant qu’Art de la scène.

Durant trois décennies, les pratiques se multiplient, des structures se développent, de nombreux artistes émergent.

Fin 2007, le Réseau National du Conte et des Arts de la Parole (RNCAP) voit le jour. Il annonce clairement ses objectif : rassembler toutes celles et ceux qui s’investissent dans des actions régulières et récurrentes et d’intérêt général pour la discipline.

En 2009, des conteurs se regroupent au sein de l’Association Professionnelle des Artistes Conteurs (APAC) dont l’objet est de rassembler les artistes qui vivent de ce métier.

La création, la diffusion, la production, la singularité et les exigences à tous les niveaux de ces pratiques ne cessent d’être discutées au sein de communautés larges, sociales, humaines, artistiques, culturelles, éducatives, universitaires.

Mais, malgré tout ce dynamisme, la reconnaissance de l’art du Conte reste en discussion, les moyens pour soutenir la discipline sont modestes et les structures qui la font vivre, toutes d’une grande diversité, sont fragiles.

Les nouvelles organisations territoriales et les redécoupages administratifs qui s’imposent à nous, nous obligent à des mutualisations, à de nouvelles solidarités entre opérateurs, avec comme objectif l’intérêt général plutôt que l’esprit de clocher.

C’est ce qu’envisagent Nittachowa et Oralia.

Jean-Louis Hippert